MÂTIN BRUN, AUTOMNE 2018

Ni blanc ni gris ni noir ... Un Mâtin brun !

Couleur bâtarde par excellence, le brun nous a paru propice aux débuts de la revue Mâtin. On pourrait croire que le brun se définit comme une nuance en deçà des autres. C’est pourtant son omniprésence qui frappe, qu’il s’agisse de ses manifestations matérielles ou mentales. Le brun nous entoure avec la discrétion d’une nuance marginale.

Pour lire Mâtin Brun, c'est par ici.

Ce sont les Matières qui ouvrent ce numéro : les pratiques associées au bois, à la terre ou au cannabis peuvent se laisser oublier mais ne se laissent pas mourir.
Le brun des Territoires, deuxième rubrique, est celui d’identités individuelles ou collectives, construites à l’échelle d’un corps ou d’un lieu, comme des refuges face à un regard ou un pouvoir surplombant et oppressif.
Dans la troisième rubrique, Aux aguets ou aux abois, le brun est celui de l’écoeurante diversité des formes de pensée répressives et xénophobes, ce ventre trop fécond qu’il faut mieux connaître pour combattre au mieux.
Et pour vous préserver du brunissement de l’atmosphère, reprenez quelques Croquettes, dans la dernière rubrique de ce numéro ! Mettez-vous sous la dent quelques morceaux savoureux, de la cuisine aux toilettes, et lâchez les chien·ne·s le temps d’une recréation.

Découvrez ci-dessous quelques extraits de ce premier numéro.